Schengen

Nous profitons d’une liberté de voyage illimitée dans une grande partie de l’Europe. En effet, grâce à Schengen, nous avons la possibilité de voyager de la Mer Méditerranée jusqu’au cercle polaire sans devoir subir un seul contrôle aux frontières ni présenter le moindre visa. Afin de veiller à la sécurité et au respect du droit en vigueur, la liberté de voyage au sein de l’espace Schengen implique un renforcement de la protection des frontières extérieures, de même que l’application de dispositions communes en matière de visas.

Schengen constitue un cadre juridique commun qui établit des règles sur l’entrée et le séjour dans l’espace Schengen, ainsi que sur la sortie de cet espace, c’est-à-dire des règles sur la gestion des frontières extérieures de Schengen et sur les visas Schengen. Tout voyageur en provenance d’un Etat tiers est soumis aux mêmes dispositions en matière d’entrée, qu’il arrive par bateau aux Pays-Bas, par avion en Suisse ou par train en Pologne. L’espace Schengen comprend la majeure partie des Etats de l’UE (21 pays) et les quatre Etats associés que sont la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Afin de garantir le respect de ce cadre, les Etats Schengen se doivent de collaborer au quotidien sur les plans tant opérationnel que juridique. Le SEM contribue activement à cette collaboration en prenant part à des groupes de travail de l’UE sur Schengen, dans lesquels il défend la position de la Suisse. Les critères juridiques appliqués sont régulièrement renouvelés et adaptés, afin de permettre aux Etats Schengen de relever les défis actuels et de moderniser les systèmes en place. La mobilité des voyageurs doit être la plus efficace possible, aussi bien pour les organes de contrôle à la frontière que pour les voyageurs eux-mêmes.

C’est ainsi que le projet d’envergure connu sous le nom de projet "Frontières intelligentes" (Smart Borders) est en cours de discussion. Ce projet est composé d’un système d’enregistrement automatique des entrées et des sorties des ressortissants de pays tiers et d’un programme destiné à simplifier la vie des personnes ainsi enregistrées qui sont amenées à se déplacer fréquemment au sein de l’espace Schengen.

Par ailleurs, la Suisse a, dans le cadre de Schengen, développé une stratégie nationale de gestion intégrée des frontières (Integrated Border Management, IBM). Elle est régulièrement évaluée, à l’instar d’autres Etats Schengen (évaluation Schengen).