Office fédéral de la justice

La participation à un cercle de dons est punissable et financièrement très risquée

L’OFJ met en garde contre le système – interdit – de la « boule de neige »

Communiqués, OFJ, 10.09.2002

Berne, le 10.9.2002. L’Office fédéral de la justice (OFJ) met en garde les personnes qui se laisseraient séduire par des promesses de préservation de la force vitale, d’amour, de guérison, d’accomplissement ou de richesse et seraient tentées de rejoindre l’un des cercles de dons illégaux qui se développent en ce moment dans plusieurs cantons alémaniques. La personne qui participe à un tel cercle risque de perdre tous ses investissements et se rend punissable, car ces cercles fonctionnent selon le principe dit de la « boule de neige », qui est interdit par la loi sur les loteries. La participation à un cercle de dons est punie par une amende pouvant atteindre 10'000 francs ou par une peine d’emprisonnement ; les gains éventuels sont confisqués.

« Nous t’invitons à rejoindre ce cercle pour expérimenter, avec d’autres femmes / d’autres hommes, la force du soutien mutuel, pour donner et pour recevoir ». C’est ces mots, ou d’autres formules du même genre, qui sont adressés principalement à des femmes, mais aussi, parfois, à des hommes, pour les inciter à trouver, dans un cercle de dons, « un moyen puissant de libérer des énergies spirituelles, psychiques et physiques ». Malheureusement, ces cercles ne se préoccupent pas tant du bien-être des participants que, plus prosaïquement, des gains que leurs initiateurs entendent réaliser.

Du cercle extérieur vers le centre

Comment fonctionnent ces cercles ? L’initiatrice d’un cercle de dons cherche, parmi ses connaissances, huit personnes qui sont disposées à lui faire « don » d’une somme convenue à l’avance. Il semblerait que cette somme varie entre 100 et 8'000 francs, selon les cercles. Le cercle est divisé en quatre niveaux hiérarchiques. Lorsque les huit femmes à la périphérie du cercle ont remis leur don à celle qui est au centre (l’initiatrice), celle-ci quitte le cercle avec son « cadeau », qui peut atteindre la somme de 64'000 francs. Le cercle se scinde alors en deux. Les participantes remontent d’un niveau vers le centre du cercle et chacun des cercles voit ainsi un nouveau centre se constituer. Les huit places devenues vacantes à la périphérie du cercle doivent être repourvues, ce qui relance la recherche de nouvelles donatrices.

Beaucoup de femmes et d’hommes, en particulier dans les milieux de l’ésotérisme, se laissent aveugler par de telles offres et par les perspectives de gains qu’elles promettent. Mais de par leur nature même, ces cercles de dons se répandent très rapidement, et il devient de plus en plus difficile de recruter de nouveaux membres à mesure que le nombre de participants augmente. La personne qui arrive en dernier perdra la totalité des sommes investies. Les participants à ce genre de systèmes s’exposent à des sanctions pénales et à la confiscation des gains éventuellement réalisés.

Contact / renseignements
Office fédéral de la justice, T +41 58 462 77 88, Contact