Le ministre américain de la Justice John Ashcroft en visite auprès de la conseillère fédérale Ruth Metzler-Arnold à Berne

Communiqués, DFJP, 24.01.2003

Berne, 24.01.2003 Ce vendredi, la conseillère fédérale Ruth Metzler-Arnold a reçu en visite de travail le ministre américain de la Justice John Ashcroft. Ce dernier a profité de sa participation au Forum de Davos pour faire un détour par Berne. L'entretien s'est focalisé sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme. La menace d'une guerre en Irak a également été évoquée.

La rencontre de ce jour a été la continuation de la dernière entrevue de la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) avec le ministre américain de la Justice, en juin dernier à Berne. En mars 2002, ils s'étaient réunis à Washington.

Importance de la coopération internationale

Madame Metzler et son homologue américain ont convenu que la menace d'actes terroristes persiste et qu'elle peut se concrétiser où que ce soit - comme en témoigne les tragédies de Bali ou du Kenya. Ils considèrent que la coopération internationale est la clé de la lutte contre le terrorisme.

Les deux parties se sont félicitées de la qualité des relations et de la coopération entre les États-Unis et la Suisse. Elles ont relevé l'importance des contacts personnels et de la possibilité d'intervenir directement dans la task force de l'autre pays pour accélérer l'échange réciproque d'informations.

Lutte contre le financement du terrorisme

Les deux ministres de la Justice ont, en outre, souligné le rôle majeur que joue la lutte contre le financement du terrorisme, et dans laquelle les États-Unis ont redoublé d'efforts. Madame Metzler a signalé qu'en la matière la Suisse était bien armée, et que les banques assumaient leurs responsabilités. La ministre de la Justice a précisé que le secret bancaire ne constituait aucune entrave aux poursuites pénales.

La cheffe du DFJP a aussi abordé la question du conflit de juridictions. Dans leur combat du terrorisme, les États-Unis imposent des obligations aux entreprises suisses, même si elles n'entretiennent que des relations d'affaires peu soutenues dans ce pays. Les établissements bancaires suisses aux États-Unis doivent, par exemple, indiquer un institut correspondant, pour le cas où ils seraient poursuivis en justice. De même, les Tribunaux américains proclament leur compétence pour juger des causes qui relèveraient plutôt de la juridiction d'un autre pays. Cela pose des problèmes à des sociétés et à des particuliers en Suisse.

Une éventuelle intervention armée en Irak a aussi constitué un point de conversation. Madame Metzler a exposé au ministre américain de la Justice la position du gouvernement suisse. Elle a fait part de sa préoccupation devant la guerre menaçante et ses conséquences humanitaires imprévisibles. La ministre suisse de la Justice a dit concrètement: "Il importe de ne reculer devant aucun effort pour résoudre la question sans recourir à la force".

Durant cette rencontre, la cheffe du DFJP était accompagnée de Messieurs Valentin Roschacher, procureur général de la Confédération, et Heinrich Koller, directeur de l'Office fédéral de la justice.

Contact / renseignements
Service d'information DFJP, T +41 58 462 18 18, Contact