Office fédéral des migrations : l’optimisation des processus est engagée

Communiqués, DFJP, 29.07.2009

Berne. A l’Office fédéral des migrations (ODM), les processus opérationnels sont en cours d’amélioration. Cette optimisation débouchera, logiquement, aussi sur une modification des structures et une réorganisation de l’office. Les travaux nécessaires ont été entrepris sous la houlette du directeur par intérim. Mercredi, la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a exposé aux collaborateurs de l’office les objectifs visés et la suite des opérations.

Ces prochains mois, la première étape consistera à mettre en œuvre des possibilités d’amélioration déjà identifiées dans certains domaines de l’ODM. Il s’agira ensuite d’améliorer dans l’ensemble de l’office les processus opérationnels lourds et complexes. L’exercice doit permettre de libérer des ressources qui pourront être employées pour mieux maîtriser les défis actuels et à venir dans le domaine des migrations. Les demandes de personnel supplémentaire, présentées par l’ODM au début de l’année, sont suspendues jusqu’à la fin du processus d’optimisation et de restructuration. Pendant cette période, rien ne changera non plus au niveau de la direction de l’office : Jörg Gasser, directeur par intérim, ne passera le témoin au futur directeur de l’ODM qu’une fois ce projet terminé. Le poste a été mis au concours au milieu du mois de juin et une décision sera prise prochainement, afin que le nouveau directeur puisse être associé au processus en cours.

Lors de l’optimisation de ses processus, l’ODM tiendra compte de la nécessité d’une intervention constatée par la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), mais aussi d’un rapport de l’ancien conseiller d’Etat zougois Hanspeter Uster. En automne 2008, ce dernier avait été chargé par Mme Widmer-Schlumpf d’évaluer, en collaboration avec la direction de l’office, certains domaines de l’ODM.

Participation des collaborateurs

Mercredi, la cheffe du DFJP a informé personnellement les collaborateurs. Elle estime en effet qu’il est primordial de conduire le processus d’optimisation de manière transparente et en intégrant directement les collaborateurs de l’ODM. En effet, ce sont eux qui connaissent le mieux les tâches concrètes de l’office ; leur expérience et leurs connaissances peuvent contribuer à l’amélioration des processus d’exécution des tâches.

La cheffe du DFJP a chargé l’ODM d’examiner attentivement tous ses processus opérationnels et d’y apporter des améliorations dans tous les cas où cela s’avère possible et nécessaire. Il s’agit de définir plus clairement des processus aujourd’hui morcelés, afin que les dossiers à traiter changent moins souvent de mains, en confiant par exemple à un seul et même service, pour une procédure d’asile, l’audition et la décision. En outre, les centres d’enregistrement et de procédure devront harmoniser leurs pratiques et les tâches d’exécution de l’accord de Dublin devront être regroupées au sein d’un seul service. Enfin, l’ODM réintroduira un système de saisie des prestations, afin de permettre un pilotage adéquat de l’engagement des ressources.

Par ailleurs, l’ODM devra définir de quelle manière il peut faire usage de l’offre de certains cantons qui se sont déclarés prêts à lui apporter leur soutien pour les auditions. Toutes ces mesures doivent aussi redonner à l’ODM la capacité de réagir de manière flexible à l’évolution de sa charge de travail, capacité dont il avait été privé par une orientation trop rigide sur un maximum de 10 000 demandes d’asile par année.

Contact / renseignements
Guido Balmer, Service d'information DFJP, T +41 58 462 18 18, Contact